Notre site http://www.parkingpascher.com présente le parking proche roissy

Les autorités aéroportuaires autrichiennes ont annoncé aujourd’hui avoir annulé ou repoussé 113 vols en provenance ou en direction de Vienne en raison de difficultés techniques. Un porte-parole de Vienna Airport a expliqué que les systèmes de transmissions de données de vol étaient défectueux.

Aucun autre aéroport n’est concerné, a-t-il précisé. Prié de dire si cette panne pouvait être imputée à une cyberattaque il a répondu que rien ne le laissait entrevoir.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/08/28/97001-20160828FILWWW00177-les-avions-cloues-au-sol-a-l-aeroport-de-vienne.php

L’aéroport de Vienne contraint de retirer ses messages anti-Turquie.

Un second message diffamatoire – qui accuse la Turquie d’autoriser les abus sexuels sur mineurs – a été publié à l’aéroport de Vienne, en Autriche, deux semaines après une première annonce hostile à la Turquie. Provoquant la polémique, il a été retiré à la demande des autorités turques dans un contexte tendu entre Vienne et Ankara.
« La Turquie autorise les relations sexuelles avec des enfants de moins de 15 ans. »
 Voilà le message qu’ont pu lire des passagers internationaux dans le grand aéroport européen de Vienne, capitale de l’Autriche, le 13 août, comme le rapporte le Daily Sabah. Ce bandeau diffamatoire a été publié dans un espace réservé à la promotion du journal Kronen Zeitung. Il a ravivé la polémique, deux semaines seulement après un premier message hostile à la Turquie diffusé au même endroit le 31 juillet : « Si vous allez en Turquie, vous soutenez Erdoğan », pouvait-on lire alors (photo de gauche).

Le chargé d’affaire de l’ambassade d’Autriche en Turquie a été convoqué au ministère turc des Affaires étrangères après ce second scandale à l’aéroport. Comme pour le premier, le récent message a été retiré à la demande d’Ankara, qui ont fortement condamné cette action dans un communiqué dimanche : « L’Autriche est un pays au centre du racisme et de la xénophobie croissants en Europe, les politiques, les médias et la société doivent se concentrer sur la guérison de cette maladie. Au lieu de cela, certains médias irresponsables alimentent le discours de haine. […] Ce genre d’actions porte atteinte à la paix et à la cohésion sociale en Autriche, où vivent plus de 300.000 personnes d’origine turque. » 

« L’Autriche est la capitale du racisme radical »

Sur la toile, des internautes ont directement fait part de leur indignation après la diffusion du message. « Le fascisme grandit en Autriche »,a déploré un utilisateur de Twitter. « Qu’est-ce-que c’est que ces conneries sur les tableaux d’affichage de l’aéroport de Vienne à propos de la Turquie et d’Erdoğan ? Honte à vous ! », s’est insurgé un autre, tandis qu’un internaute tweetait : « Si vous voulez un autre siège de Vienne, dites-le simplement, pas besoin de faire dans la diffamation. »

La controverse est survenue dans un contexte tendu entre l’Autriche et la Turquie depuis la tentative de coup d’État. Le chancelier autrichien, Christian Kern, a appelé début août l’Union européenne à cesser les pourparlers d’adhésion de la Turquie, notamment en raison des purges menées par le gouvernement turc après le 15 juillet. « Nous devons faire face à la réalité : les négociations d’adhésion ne sont plus que de la fiction », a déclaré Christian Kern à des médias locaux, ajoutant que « les normes démocratiques turques sont loin d’être suffisantes pour justifier son adhésion ». Un message auquel le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a répondu fermement : « Le racisme est l’ennemi des droits de l’Homme. Le chancelier autrichien ferait mieux de regarder son propre pays. Aujourd’hui, l’Autriche est la capitale du racisme radical. »

Après le coup d’État avorté en Turquie, plusieurs élus locaux autrichiens avaient demandé aux habitants d’enlever les drapeaux turcs accrochés aux fenêtres de leur maison en soutien à Recep Tayyip Erdoğan et/ou en réaction aux putschistes.

http://www.lepetitjournal.com/istanbul/accueil/actualite/254993-polemique-l-aeroport-de-vienne-contraint-de-retirer-ses-messages-anti-turquie